Créativité et innovation Protial

Optimisation et
standardisation des produits

Tous les ingrédients de la réussite sont là

PROTIAL est devenu un expert dans l’amélioration des produits alimentaires « cœurs de métier » de ses clients en travaillant sur 6 aspects d’optimisation possibles qui généralement sont interdépendants.

Le prix

Basiquement, le coût des formulations peut être abaissé par la sélection d’ingrédients moins onéreux. Toutefois, des travaux sur les procédés de fabrication, les rendements, les optimisations de productivité et les investissements sont à privilégier pour améliorer les prix sans dégrader la qualité du produit.

La conservation

Face aux enjeux d’exportation des produits alimentaires français, la maîtrise ou l’amélioration de la conservation est une priorité des industriels de l’agroalimentaire. Ainsi, PROTIAL assiste ses clients depuis la sélection des matières premières, ingrédients et conditionnements, jusqu’au choix de la technologie de conservation, afin d’assurer au produit amélioré une stabilité organoleptique et microbiologique.

La culinarité

Ces dernières années, les produits 1ers prix ont laissé place à la premiumisation des produits agroalimentaires. Pour accompagner cette nouvelle attente du marché, PROTIAL a développé un savoir-faire dit de « culinarité industrielle » permettant le développement de produits le plus haut de gamme possible tout en respectant les règles de l’art liées au domaine de l’agroalimentaire (durée de vie, sécurité alimentaire, standardisation, …).

Le clean labelling

Les consommateurs sont de plus en plus attentifs à la composition des produits alimentaires qu’ils consomment. Les différents scandales agroalimentaires successifs ont généré une nouvelle exigence concernant la nature des ingrédients mis en œuvre par les industriels dans les produits élaborés. La chasse aux additifs et autres ingrédients soumis à controverse est lancée depuis quelques années au profit de l’emploi d’ingrédients dits du placard connus, naturels ou moins transformés. Au-delà de l’aspect qualitatif de l’ingrédient, leur nombre au sein d’un produit doit être limité.

L’aspect nutritionnel

La relation entre l’alimentation et la santé à court, moyen et long terme est aujourd’hui clairement établie. Les instances étatiques en ont fait un sujet majeur de santé publique et ont instauré des outils référents de recommandations et de qualifications des consommations alimentaires. Ainsi sont nés les PNNS 1 à 4 invitant les consommateurs à équilibrer leur alimentation, à exclure ou réduire certaines pratiques, à redécouvrir les vertus de certains ingrédients oubliés, etc.. Depuis fin 2017, l’outil Nutri-Score informe les consommateurs via une classification simple des qualités nutritionnelles des produits proposés par les industriels.

L’indice de transformation

Outre l’attention portée à l’aspect nutritionnel et au clean labelling, l’indice de transformation des produits commercialisés apparaît aujourd’hui comme un nouvel élément à considérer. Ainsi, des classifications sont dorénavant utilisées (NOVA, SIGA) mettant en exergue les produits alimentaires ultra transformés considérés par les scientifiques comme mauvais pour la santé.